Plaques solaires et ordinateurs arrivent à Ouaga

16 février passé, 24 ordinateurs et 30 plaques solaires sont arrivés à Ouaga avec destination en différentes écoles d'Arbollé (au nord). Les ordinateurs ont été cédés par l'Université Polytechnique de Valence, ainsi que les plaques solaires. Ils ont voyagé dans un creux d'un container cédé par le responsable de la "Bibliothèque Olvido Ruiz de Valbuena", à Ouahigouya (nord de Burkina), avec qui on a une longue et bonne amitié.

20/02/2018

 

Projets avec femmes

Dans les jours suivants commencera l'activité d'une petite affaire (kiosque) financé par CIM Burkina à une femme victime de violence de genre et mère d'un des élèves affectés par les bourse de CIM. Il s'agit d'un petit établissement de vente répsa et boisons. L'aide a été effectuée comme un microcrédit.

11/02/2018

Une vente aux enchères solidaire pour CIM Burkina

Avec la Falla “Le Mocador” de Sagunto, CIM Burkina organise une vente aux enchères bénéfique en faveur des projets au Burkina. La vente aux enchères aura lieu vendredi prochain, 19 janvier à 19:30 h dans la Salle “Alfons le Magnànim” du centre Culturel de la Bienfaisance (C / Corona 36, la Valence).

Nous vendons aux enchères 10 lames, illustrations originales et inédites, en reproduisant la couverture du Llibret 2018 “Tirant de lletres. Un col.lecció de littérature infantile i juvénile”.

Les auteurs des lames, rtistes de prestige reconnu national et international, sont : Ricard Balance, Paco Roca, Rubén Fernández, Toni Cabo, Toni Colomina, Marina Puche, Teresa Cebrián, Art al Quadrat, Javier Mariscal et Antonio Ortiz “Ortifus“. Samanta Village, journaliste de "Cuatro", modère la vente aux enchères.

15/01/2018

École Djindjinlin (Gaoua)

Décembre passé on a commencé les travaux de réparation du toit de l'école de Djindjinlin, percé à cause de la pluie, ayant niché entre le toit et le double toit des centaines de chauves - souris, ce qui produisait une oedur insupportable en plus des problèmes asthmatiques entre les élèves à cause des excréments qui descendaient par les murs. Dans quelques jours le travail de fumigation et de réparation est fini. Les chauves - souris dans aucun cas ont été empoisonnées, mais ils ont été chassés. Voici un vidéo du moment de la fumigation.
Les murs ont été peints par la suite et les salles nettoyées.

10/01/2017

Une proche construction d'école à Koul Bo

Koul Bo est une petite population à environ 20 kms de Gaoua. L'école, à ce moment dispose de deux salles de classe (murs et un toit) et deux salles sous-paillote. CIM Burkina collabore à ce projet avec l'Association amie "Escuela Sansana", avec siège à Madrid et dont le domaine d'actuation est le même que celui de CIM Burkina. 

Ce projet consiste à la construction de trois salles de classe, plus bureau du directeur et latrines, ayant obtenu le compromis de la mairie de construire un forage pour l'école,

Ces jours passés nous avons aussi maintenu une réunion avec les professeurs, le directeur, le chef de la terre, la présidente de l'association de femmes et d'autres responsables directs. L'implication ne peut pas être plus grande.

C'est prçevu que la construction commencera le mois suivant.

27/12/2017

Activités effectuées des meilleures élèves de Gaoua avec l'APFG

Nous offrons l'information et quelques photos de quelques journées de vie en commun réalisées à Gaoua et financées par CIM Burkina à la fin du cours passé (juin 2017), auxquelles ont participé 29 jeunes filles d'entre une école primaire, secondaire et  formation professionnelle de Gaoua. Cettes jenes filles ont été choisies selon les meilleures qualifications de cours. Pendant quatre jours elles ont réalisé diverses activités, comme une conférence sur la valeur de l'éducation pour l'avenir desfemmes au Burkina faso, diverses visites culturelles ont été réalisées par quelques villes autour de Gaoua (les ruines de Loropeni - patrimoine mondial de l'humanité - le sanctuaire des Rois des Gan dans la ville d'Obiré, des causeries éducatifs et quelques activiades sportifs.

26/12/2017

30 ans sans Sankara

Le 15 octobre a été commémoré l'anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara dans un sanglant coup d'État aux mains de son collègue de révolution (Blaise Compaoré) et orchestré par la France de Miterrand.

Thomas Saknara a présidé le Burkina Faso du 4 août 83 au 15 octobre 87. Panafricaniste, féministe convaincu, défenseur de l'éducation et de la consommation locale, il a fini avec la corruption d'un coup et il a réussi à faire sortir le pays de la faim.

Thomas Sankara a changé le nom du pays, en passant de l'ancien "Haute Volta" à Burkina Faso, qui, dans un mélange de deux langues locales (dioula et mooré) se traduit comme "Patrie des hommes intégraux".

"La révolution et la libération de la femme sont unies. Nous ne parlons pas de l'émancipation de la femme comme un acte de charité ou par une vague de compassion humaine, c'est une nécessité basique pour le triomphe de la révolution. Les femmes occupent l'autre moitié du ciel"

Le 29 juillet 1987, trois mois avant son assassinat, Thomas Sankara a participé à Adís-Abeba aux travaux de la vingt-cinquième Conférence au sommet des pays membres de l'OUA avec un discours impayable. C'était le dernier.

Nous voulons le rappeler avec la chanson que "Reina Roja", groupe espagnol et collaborateur de CIM Burkina, lui a consacrée dans ce triste anniversaire

15/10/2017

Pages