30 ans sans Sankara

Le 15 octobre a été commémoré l'anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara dans un sanglant coup d'État aux mains de son collègue de révolution (Blaise Compaoré) et orchestré par la France de Miterrand.

Thomas Saknara a présidé le Burkina Faso du 4 août 83 au 15 octobre 87. Panafricaniste, féministe convaincu, défenseur de l'éducation et de la consommation locale, il a fini avec la corruption d'un coup et il a réussi à faire sortir le pays de la faim.

Thomas Sankara a changé le nom du pays, en passant de l'ancien "Haute Volta" à Burkina Faso, qui, dans un mélange de deux langues locales (dioula et mooré) se traduit comme "Patrie des hommes intégraux".

"La révolution et la libération de la femme sont unies. Nous ne parlons pas de l'émancipation de la femme comme un acte de charité ou par une vague de compassion humaine, c'est une nécessité basique pour le triomphe de la révolution. Les femmes occupent l'autre moitié du ciel"

Le 29 juillet 1987, trois mois avant son assassinat, Thomas Sankara a participé à Adís-Abeba aux travaux de la vingt-cinquième Conférence au sommet des pays membres de l'OUA avec un discours impayable. C'était le dernier.

Nous voulons le rappeler avec la chanson que "Reina Roja", groupe espagnol et collaborateur de CIM Burkina, lui a consacrée dans ce triste anniversaire

15/10/2017

ROTOTOM: Atelier de peinture : Mami Wata. Batik et imagination pour les enfants

Cette année, comme tous les années, nous revenons au ROTOTOM, au festival international de reggae qui a lieu chaque année à Benicassim (Castellón) du 12 août au 19 août, où nous serons présents avec notre stand toute la semaine.

Entre les activités prévues par CIM Burkina, nous avons un atelier de peinture pour les plus petits dans "le Monde Magique" le 12 août à 16:00 h sous le titre : Mami Wata. Batik et imagination pour les enfants.
Plus d'info dans l'événement de notre page de facebook à l'effet.

On représente Mami Wata avec un cheveu brun ou noir, un corps de femme et une queue de poisson ou de serpent, Mami Wata habite dans les rivières, les lacs et les mers de vastes régions de l'Afrique de l'Ouest. 

Nous compterons un bref récit sur ce personnage féminin fantastique de la mythologie de l'Afrique de l'Ouest qui nous servira d'inspiration au travail plastique postérieur.

Nous représenterons la protagoniste du conte dans une scène aquatique, en utilisant la technique ancienne du batik adaptée pour les enfants.

Le programme complet du Rototom est ici : https://rototomsunsplash.com/programa/

07/08/2017

Un projet a été présenté à la Convocation de subventions pour des projets de coopération internationale au développement 2017 de la Mairie de Valence

Depuis CIM Burkina nous venons de présenter un projet à la Convocation de subventions pour des projets de coopération internationale au développement 2017 de la Mairie de Valence, avec le titre : "Alphabétisation pour des adultes dans la langue locale (mooré) à la Communauté Rurale d'Arbollé". C'était beaucoup d'heures de travail et nous voulons attendre que nous pourrons être entre les méritants de la subvention précitée. C'est un projet ambitieux de 61.000 euros qui permettra d'alphabétiser directement plus de mille personnes à 26 différents villages et des peuples de la communauté rurale d'Arbollé, Province de Passoré, au nord du Burkina. Le projet sera exécuté par la contre-part locale ASFES (Association Solidaire pour la Femmes et les Enfants au Sahel), avec qui nous unit beaucoup d'années de collaboration et d'amitié même avant l'existence de CIM Burkina. Grâce à tous ceux qui nous soutenez. Si tu veux te faire partenaire, il faut nous contacer en privé.

05/08/2017

Voyage extrascolaire des élèves de Holly. Juillet 2017

CIM Burkina a financé une activité extrascolaire pour 28 élèves de l'école primaire de Holly.

Les professeurs ont sélectionné les 28 meilleurs élèves du cours des six classes de primaire (d'entre 8 et 13 ans environ) pour cette activité. Les élèves ont été accompagnés par deux professeurs, un agent de santé, un membre de l'association de parents, le directeur du collège et un membre de notre contre-part locale.

L'activité s'est développée le week-end du 1 et 2 juillet. Il faut souligner que plusieurs de ceux-ci des petites filles et des enfants ne sont jamais sortis de Holly ou de Gaoua, zone des interventions principales de CIM Burkina. N'oublions pas que Gaoua se trouve dans un environnement pratiquement rural, et Holly est un petit village à environ 14 kms de Gaoua.

L'activité a été communiquée aux autorités administratives comme il établit sa réglementation.

Le groupe est sorti samedi à 7:30 heure du matin de Holly dans un autobus et il s'est dirigé aux ruines de Loropeni, patrimoine mondial de l'humanité, où on leur a expliqué le contexte et l'histoire du lieu. Les enfants ont aussi visité une petite ville, et après avoir mangé, ils ont continué à Banfora, où ils sont arrivés sur 14:00 heures. Ils ont visité les champs de canne à sucre, et plus tard ils se sont promenés dans la ville et ont pris un rafraîchissement. Après ils ont visité du dehors une usine de rafraîchissements, en ne pouvant pas accéder à l'intérieur par sécurité.

Sur 17:00 h ils sont arrivés à Bobo – Dioulasso, où ils ont reçu quelques classes d'instruction civique sur le fonctionnement des sémaphores et de la circulation routière. Après cela, on a fait le repose, le dîner et après ils sont allés à dormir. N'oublions pas que Bobo – Dioulasso est la deuxième ville plus importante du pays.

Tôt le dimanche ils sont sortis pour visiter la sacrée tombe de TIEFO AMORO à Noumoudara, à 25 kms de Bobo – Dioulasso. Il s'agit d'un personnage historique qui est vénéré par sa résistance à la pénétration du colonialisme. De retour à Bobo, ils ont visité la maison de la culture, la vieille mosquée du vieux quartier, et le grand marché.

Sur 12:00 heures, ils ont marché vers Diébougou, où les élèves ont pu visiter différents cours d'eau de la province de Bougouriba, et la vie des chercheurs d'or de Diakadourou.
Après la nourriture à Diebougou, ils ont visité le barrage de Bapla à environ 10 kms.

Par la suite ils ont traversé les communautés rurales de Tiankora et de Borum-Borum avant d'arriver à Gaoua sur la 16:00 h. Là ils se sont reposéspendant une heure en prenant un rafraîchissement, pour sortir une heure après à sa destination finale : Holly, d'où ils sortaient le jour précédent.

L'arrivée à Holly a été un grandiose, avec tous les enfants excités par l'expérience.

Les professeurs envoyent sa reconnaissance profonde à tous les associées de CIM Burkina, puisque, en plus de l'émotion et de l'expérience des élèves, c'était un voyage très enrichissant pour tout le monde.

Ordinateurs pour Arbollé

Après une longue odyssée (et avec la collaboration de la Bibliothèque Olvido Ruiz de Valbuena de Ouahigouya), enfin ils sont arrivés à Ouagadougou (capital du Burkina Faso) les 20 ordinateurs donnés par l'UPV et mis à jour par TeSo (Télécommunications Solidaires) pour la mise en place d'une salle informatique dans l'école de secondaire d'Arbollé, région de Yako (nord-ouest du pays) avec la collaboration de l'association locale amie ASFES (Association Solidaire avec les femmes et les enfants du Sahel), avec qui une longue trajectoire de collaboration nous unit.
Nous sommes dans l'attente de pouvoir adapter une salle de classe pour sa mise en marche avec l'aide d'un membre de CIM Burkina qui se déplacera vers Arbollé pour ce travail, et qui profitera de la même manière pour former quelques professeurs dans la réinstallation d'équipes avec software libre. De cette façon l'entretien des mêmes sera garantie.

10/06/2017

Une école primaire pour Koul Pon Gane

Aujourd'hui nous présentons un projet à la Mairie de Casares. Il s'agit d'un projet partagé avec de l'association amie "Association École Sansana". On va essayer de construire une école primaire au village de Koul Pon Gane, dans la contrée de Gaoua (Burkina Faso). Nous espérons avec illusion gagner cette convocation.

Ici on peut voir un petit vidéo de 4 minutes avec les raisons.

Riba-Roja: Femmes de Camp de Túria avec les femmes du Burkina Faso, coopération et solidarité

L'Association FEMMES DE LA MÉDITERRANÉENNE de Riba-Roja (Valence, Espagne) a réalisé le vendredi 31 mars passé une causerie pour faire connaître l'activité de CIM Burkina, une association laïque qui donne soutie aux femmes de ce pays africain à travers de l'alphabétisation et de la formation, en plus de la commercialisation de quelques produits; le plus important : le karité.

Depuis 2005 qu'elles ont commencé à visiter la la province de Gaoua, elles ont amélioré les infrastructures scolaires, elles ont créé des bourses pour les petites filles et les enfants, elles ont favorisé la construction de puits d'eau et de jardins scolaires. Cela a permis d'améliorer la qualité de vie de la province, enfin elles ont créé des mécanismes pour lutter contre la pauvreté, donc cela suppose une exclusion sociale, et CIM Burkina a mis en valeur l'épanouissement des femmes comme pièce fondamental pour le bien-être familier, local et régional.

Avec l'éducation, et la conscience de se mettre en action pour obtenir un plus grand bien-être, lentement, on a réduit la pratique de la mutilation genital féminine. De plus, les femmes de Gaoua ont exporté son modèle d'association et travail au Sénégal et au Mali, il s'agit d'un nouveau système d'organisation et d'une vie qui reconnaît la viabilité, le microcrédit, la formation des petites filles et de jeunes filles qui permettra la valorisation du travail de la femme et sa capacité de faire du bien à son environnement.

Avec cette activité de coopération, les FEMMES DE LA MÉDITERRANÉENNE veulent rendre évident son intérêt à la cause de la femme, et faire visibles leurs projets d'organisation et de croissance dont les femmes sont les protagonistes après avoir créé un monde meilleur. C'est pourquoi "nous n'oublions pas que l'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde".

https://cronicadigitalcomarcal.blogspot.com.es/2017/04/riba-roja-dones-d...

04/04/2017

Bruxelles compromet 117 millions pour le Burkina Faso

La Commission Européenne a annoncé ce lundi une contribution de 117 millions d'euros pour financer le programme du soutien à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à l'agriculture soutenable et à l'adaptation au Burkina Faso.

En somme, il s'assignera une aide de 100 millions d'euros pour le budget du secteur agricole dans la période 2017-2021 et sera complété par des soutiens à des projets ponctuels pour améliorer les pratiques alimentaires dans les plus pauvres foyers.

Article complet ici.

27/02/2017

L'Espagne découpe 90 % l'aide à l'éducation dans des pays appauvris

Dans le monde il y a 263 millions d'enfants sans scolariser, mais l'aide espagnole a été réduite dès 354 millions d'euros à 34 millions.

L'Espagne a disparu de la communauté de donateurs dans l'aide au développement et, plus en concret, en ce qui concerne l'éducation, puisque son apport a été réduit dès 2008 à 90 %, en passant de 354 millions d'euros à 34 millions en 2015. S'il y a neuf ans il supposait le 5,6 % de l'aide des pays du Comité d'Aide au développement (CAD) de l'OCDE, en 2014 il est seulement le 0,6 %. C'est la conclusion principale qui détache du rapport "L'aide dans une éducation, à examen", un document fruit de l'investigation fait par la Fondation Etea pour le Développement et la Coopération et par la Entreculturas et Alboan, deux ONG de la Compagnie de Jésus. Sa finalité : analyser la quantité et la qualité des apports espagnols à l'éducation des enfants et d'adultes de plus pauvres pays du monde pendant les 15 dernières années.

Source. Artícle ici.
01/02/2017

Pages