#21M Journée internationale contre le racisme

Depuis CIM Burkina, nous nous joignons aux revendications du #21M à l'occasion de la Journée internationale contre le racisme, et nous nous associons, avec de nombreuses autres entités, au manifeste suivant qui peut être lu ici : https://t.co/9H5AKhLa4r (en valencien et en espagnol).

Aujourd'hui, 21 mars, Journée internationale contre le racisme, de nombreux groupes à Valence, ainsi qu'en Espagne et dans le monde, se sont réunis pour montrer notre rejet absolu de ce fléau social qui constitue l'un des piliers structurels du système de domination actuel, par lequel la grande majorité de la population mondiale est discriminée, exclue et opprimée, et pour dénoncer sa présence croissante dans notre société et nos institutions.

Nous dénonçons tout d'abord les politiques frontalières de l'Union européenne, comme étant directement responsables de la souffrance et de la mort de milliers de personnes qui fuient les guerres, les persécutions politiques ou la faim, dans de nombreux cas causées par les pays du Nord, et qui, au lieu de trouver des voies de transit sûres, trouvent sur leur chemin la violence, la répression, les balles en caoutchouc, les gaz lacrymogènes, les gardes-côtes et les murs insurmontables qui finissent par faire de nombreux morts en chemin ou par se noyer en mer. Nous dénonçons l'Accord de la Honte signé le 18 mars dernier, il y a quatre ans maintenant, par lequel la Turquie a accepté de devenir le gendarme de l'Europe, afin de nous épargner, à nous Européens, d'avoir à assister à la violence à nos frontières contre des personnes (femmes, enfants, hommes) en quête de refuge, violence telle que celle qui a maintenant eu lieu à la frontière grecque. Nous dénonçons avec lui tous les autres accords avec des pays tiers qui cherchent à externaliser les frontières et à rendre invisibles à nos yeux toutes les souffrances qu'elles causent. Nous dénonçons également la violation flagrante du droit de demander l'asile que représentent les retours à chaud à nos frontières.

Nous dénonçons en particulier la loi sur les étrangers, pierre angulaire du racisme institutionnel qui règne dans l'État espagnol. C'est cette loi qui condamne des milliers de migrants à l'exclusion sociale la plus absolue pendant les trois premières années de leur arrivée, en fixant cette période comme le minimum nécessaire pour pouvoir demander un permis de séjour et de travail. Mais elle condamne également la poursuite de l'instabilité en subordonnant le renouvellement du permis au maintien d'un contrat et au paiement de cotisations pendant au moins six mois chaque année. L'objectif est ainsi de garantir une main-d'œuvre docile, toujours craintive de revendiquer ses droits pour ne pas perdre son contrat et être expulsée du système.

Nous dénonçons les Centres d'Internement des Etrangers (CIE), des prisons racistes où les migrants sont enfermés sans avoir commis aucun crime, simplement parce qu'ils n'ont pas les papiers requis en règle, en attendant leur expulsion, et où ils sont soumis à la privation répétée de leurs droits fondamentaux, ainsi qu'à des conditions de vie difficiles.

Nous dénonçons les raids racistes effectués par les forces de police, qui arrêtent, contrôlent et discriminent certaines personnes en raison de leur "profil racial". Cette pratique a pour objectif la mise en évidence, la stigmatisation, la criminalisation et, en bref, leur intimidation et leur marginalisation du reste du corps social. Nous dénonçons en particulier celles qui sont effectuées pour remplir les vols d'expulsion contractés par l'État avec certaines compagnies aériennes commerciales avec des personnes d'une certaine origine.

Nous dénonçons le fait que la mairie de Valence continue à rendre très difficile l'accès au recensement pour de nombreuses personnes, en particulier les migrants. Le recensement est la porte qui rend possible l'exercice de tout droit, depuis l'obtention de la carte sanitaire, l'inscription des filles et des garçons ou l'accès aux services municipaux. L'enregistrement devrait être automatique pour chaque personne qui vit dans notre ville et ne devrait pas dépendre de la capacité à se conformer ou non à une certaine exigence.

Nous dénonçons les obstacles particuliers que rencontrent les migrants dans l'accès au logement, à l'éducation, à l'emploi ou aux soins de santé. Le plein exercice de ces droits, déjà diminué pour une majorité de notre société, est particulièrement compliqué pour les personnes migrantes, qui sont reléguées dans une plus grande précarité, marginalisation et dégradation. Nous dénonçons en particulier l'exclusion normative de leur accès à l'emploi public.

Nous dénonçons la propagation des discours de haine dans notre société, en particulier les discours racistes et xénophobes. Nous dénonçons la manière dont le racisme social latent se répand et s'extériorise de plus en plus de manière moins complexe, en discriminant, en marginalisant, en rejetant, en rejetant tous les maux sur les immigrés, jusqu'à aboutir, dans les cas les plus graves, à des agressions verbales ou même physiques.

Nous dénonçons la montée de l'extrême droite dans notre pays et dans le reste de l'Europe, nous dénonçons ce retour du fascisme, qui s'habille désormais de nouvelles apparences plus "gentilles", mais qui maintient son vieux fondamentalisme suprême, sa menace pour les valeurs démocratiques et les droits les plus fondamentaux de la majorité des gens. De la part des institutions, elles normalisent et promeuvent le discours de haine que nous dénonçons et propagent ainsi davantage le racisme structurel dans notre société.

Pour toutes ces raisons, nous sommes unis contre le racisme et le fascisme et nous manifestons :

NON AU RACISME

#21MValènicaContreLeRacisme #STOPRacisme #WorldAgainstRacism

Signé:
- ACOEC
- Acontracorrent
- Anticapitalistes País Valencià
- Asociación África en el Corazón
- Asociación Intercultural Candombe
- Asociación Nourdine - Asociación Cultural La Paz
- Casa Marruecos
- CEAR PV
- CEDSALA (Centre de Documentació i Solidaritat amb Amèrica Llatina i Àfrica)
- Centre Social Terra
- CESÁfrica
- CGT Valencia
- CIEs No (Campaña por el Cierre de los CIEs y el fin de las deportaciones)
- CIM Burkina
- CNT Valencia
- Colectiva Resistencia Migrante
- Colectivo Sur Cacarica
- CCOO PV
- COS, Coordinadora Obrera Sindical Assemblea de l'Horta i la Ribera
- Crida contra el Racisme i el Feixisme
- Decidim
- Entreiguales Valencia
- Equipo Implementación Decenio Afrodescendiente- España
- Fundación CEPAIM
- Fundació Mundubat
- Intersindical Valenciana
- Joves d’Esquerra Unida de València
- Mesa d'Entitats de Solidaritat amb els Immigrants
- Mujeres con Voz Valencia
- Obrim Fronteres Valencia
- ONGD Casa Camerún
- ONGD Menuts del Món
- Perifèries
- Plataforma Acción Poética Valencia Refugiad@s
- Plataforma de Apoyo a las Trabajadoras del Campo
- Plataforma Valenciana de Solidaridad con el Pueblo Saharaui
- Psicólogos sin Fronteras
- SJM (Servicio Jesuita a Migrantes Valencia)
- Unió Pobles Solidaris
- València Acull
- València és Refugi
- Zemmur, Asociación de Saharauis en Valencia