30 ans sans Sankara

Le 15 octobre a été commémoré l'anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara dans un sanglant coup d'État aux mains de son collègue de révolution (Blaise Compaoré) et orchestré par la France de Miterrand.

Thomas Saknara a présidé le Burkina Faso du 4 août 83 au 15 octobre 87. Panafricaniste, féministe convaincu, défenseur de l'éducation et de la consommation locale, il a fini avec la corruption d'un coup et il a réussi à faire sortir le pays de la faim.

Thomas Sankara a changé le nom du pays, en passant de l'ancien "Haute Volta" à Burkina Faso, qui, dans un mélange de deux langues locales (dioula et mooré) se traduit comme "Patrie des hommes intégraux".

"La révolution et la libération de la femme sont unies. Nous ne parlons pas de l'émancipation de la femme comme un acte de charité ou par une vague de compassion humaine, c'est une nécessité basique pour le triomphe de la révolution. Les femmes occupent l'autre moitié du ciel"

Le 29 juillet 1987, trois mois avant son assassinat, Thomas Sankara a participé à Adís-Abeba aux travaux de la vingt-cinquième Conférence au sommet des pays membres de l'OUA avec un discours impayable. C'était le dernier.

Nous voulons le rappeler avec la chanson que "Reina Roja", groupe espagnol et collaborateur de CIM Burkina, lui a consacrée dans ce triste anniversaire

15/10/2017