V Journées de coopération décentralisée

Ce mardi 16 avril, nous avons participé aux V Journées de coopération décentralisée organisées par la Coordinadora Valenciana de ONGDs (CVONGD).

Les journées ont compté avec la participation de Susana Camarero, Deuxième Vice-présidente et Conseillère des Services Sociaux, de l'Égalité et du Logement de la Generalitat Valenciana, Ignacio Grande, Secrétaire Autonomique de la Famille et des Services Sociaux, Pedro Carceller, Directeur Général de l'Inclusion et de la Coopération au Développement, et des représentants de 32 mairies, y compris 5 maires et mairesses.

Au cours de l'événement, les dernières données ont été présentées et des propositions ont été discutées pour la réforme de la politique publique de coopération internationale et de solidarité des Administrations publiques valenciennes. Parmi d'autres points, il a été souligné la nécessité d'augmenter les budgets pour atteindre les objectifs fixés par la Loi de Coopération, tout en insistant sur la simplification des procédures administratives qui détournent des efforts des véritables objectifs des initiatives de coopération internationale.

Centrées sur le concept de coopération décentralisée, celle qui émane des autorités locales, des réseaux et d'autres acteurs locaux, les journées ont servi à valoriser ce modèle comme une politique de coopération unique et exemplaire. Comme le souligne Cristina Ramón, présidente de la Coordinadora Valenciana de ONGD: "Il s'agit d'un modèle très proche des citoyens et dissocié des intérêts géostratégiques, économiques et politiques, qui répond directement aux véritables besoins et priorités des communautés avec lesquelles il travaille : éducation, santé, entrepreneuriat, agriculture et droits des femmes, entre autres."

La Generalitat Valenciana est le gouvernement autonome qui consacre le plus de budget en termes absolus à la coopération, avec 72,4 millions d'euros en 2024. Comme le souligne Ramón, “nous ne pouvons pas perdre ce leadership dans un contexte international marqué par des crises de plus en plus extrêmes provoquées par l'urgence climatique, les inégalités économiques et les conflits, comme la barbarie vécue à Gaza, la menace terroriste constante au Sahel, la guerre civile au Soudan ou la violence qui menace les communautés d'Amérique Latine. La solidarité et la coopération sont essentielles face à ces gouffres."

Cependant, bien qu'étant en tête, l'investissement représente seulement 0,23% du budget de la Generalitat, ce qui est assez loin de l'objectif de 0,7% fixé par la Loi de Coopération. Comme l'indique Pedro Carceller, Directeur Général de l'Inclusion et de la Coopération au Développement, “l'augmentation des budgets que nous avons obtenue représente l'engagement de la Generalitat Valenciana envers les personnes les plus vulnérables, et nous vous remercions de nous inciter à continuer à générer une société qui transforme notre Communauté Valencienne et le monde."

Dans le cas des corporations municipales, l'investissement en coopération est plus varié ; en tête de liste se trouvent la Mairie de Castellón et la Mairie d'Elche, qui consacrent respectivement 0,3% et 0,1% de leur budget aux politiques publiques de coopération. Cela contraste avec d'autres municipalités comme celle d'Alicante, avec un budget total de 1€.